RITA ALAOUI
rita_alaoui_ENTREE.html
 

VENUS D’AILLEURS

Solo Exposition

Galerie Villa Delaporte

Casablanca

03.10.18 - 24.11.18

vue de l’exposition - Anamorphia Série

vue de l’exposition - Anamorphia Série

vue de l’exposition - Assemblages Série

vue de l’exposition - Broux de Noix

vue de l’exposition - Peintures

VENUS D’AILLEURS - Yasmina Bouzid


Les cabinets de curiosités ont depuis longtemps quitté les alcôves secrètes jalouses de leurs raretés exotiques. Ces univers miniatures aux origines de nos musées se voulaient l’inventaire achevé d’un cosmos unifié. Leur aura perdure à travers une création contemporaine soucieuse d’en détourner les codes pour livrer sa lecture d’un monde hétérogène.

Le rare, l’étrange, le merveilleux y côtoient désormais le banal, le grotesque, les objets familiers détournés dans des mises en scène variées. Dialogues improbables entre bric-à-brac et véritables trésors continuent de créer la surprise et chatouillent nos consciences engourdies. Comme les mots déroulés d’un poème, cette réinvention d’un monde par agencement et recomposition d’éléments disparates livre au regard l’émotion esthétique d’une simple présence et des questions en suspens qui perpétuent le mystère.

Dans l’écrin de la Villa Delaporte, Rita Alaoui nous invite à une rencontre avec un « ailleurs » si proche que notre cécité de citadins empressés ne nous autorise plus à l’apprécier. Glanant, au gré du hasard, débris naturels et rebus imperceptibles, Rita peuple son cabinet de curiosités d’étrangetés familières. Avec le soin d’un véritable collectionneur, « un arrangeur de mondes », nom donné aux possesseurs des antiques cabinets, l’artiste conçoit pour eux un nouveau continent.

Plages, replis des bois, parc où l’on s’abstrait du bitume chauffé des villes, sentiers aux sols secs ou fertiles, terre blanchie par la craie ou tourbe noire attendent leur lot quotidien de rejets dans le cycle final des dégradations du vivant. Ils livrent à l’artiste les restes du festin d’une nature tantôt généreuse tantôt aride, l’empreinte d’un passage, tout ce que la faune et la flore promettent aux entrailles de la terre et à l’oubli mais aussi tout ce que le monde minéral et fossile voue à un temps infini.

Roches brutes et galets polis dans le lit des rivières, feuilles séchées ou palmes grandioses, fragments d’os ou précieux coraux, coquillages, graines, noyaux, sédiments pétrifiés, filaments du monde marin, bois charriés par les océans, tous s’invitent dans l’atelier de l’artiste où une deuxième vie les attend.... suite