MANIFESTO / The  Forest

The forest is at the origin of the world, it reminds us of the essential things of life. It moves around, lives, rises to the sky and lasts over time across all civilizations. The tree has always been a fascination for me.

Climatic disasters show how much man is in a constant offset face to nature.

It is by reaction to this brutal and industrialized world, by respect to what is at the beginning of times and to what numbers of cultures hold sacred, that I introduced the tree in my work.

It is the bridge between the visible and the invisible. It is the perfect symbol of life.

I give it an almost religious attention.

I glorify it, simplifies it, repeat it and make it actor of multiple scenarios.

The forest of life is a place where numbers of experiences and stories can be told.

A place where anything is possible.

A place where you can realize you dreams.

This serie of paintings, photographs and installations aim to glorify the tree and highlight the scene once again to show that it is essential to life. These works are here to restitute the proper place of nature on earth and the one of love in society. Sometimes the tree is in its natural form, sometimes it is in its abstract form, which I call the archetypal tree, the one of my deepest imagination.

Some symbols are part of the story I tell today.

The crown symbolizes the power of man, making him the representative of the upper world. The horns reflect the strength and aggressiveness that man carries towards nature or at the opposite, the constant desire of nature to protect itself.

The wings are the body's ability to leave the earth's surface and rise into the air. They also tell myths of elves, still very present in my imagination, which want to protect nature by these little deities.

Modern societies have made man the powerful one. He only works through superficial needs and forgets to maintain significant links. He forgets to live, to love and to let go to essentials things. The mundane and normal seems unimportant whereas it is the manifestation of a return to life. The absence of love in new societies make that man spends his time managing moments of life linked to an outside element. He became an absent machine which heart has stopped beating while still alive. Loving the normal, the banal. Being captivated by a background noise, a moment of life. Being fascinated by a cloudy sky, by the innocence of a child. Being seen in the experience of ordinary life and aware of the impermanence of things.


Rita Alaoui

March 2012 / Exposition De  Battre  Mon Coeur s’est arrêté / Galerie VCC



MANIFESTO / La Forêt

La foret est à l’origine du monde, elle nous rappelle les choses essentielles de la vie. Elle se transforme, vie, s’élève vers le ciel et perdure dans le temps a travers toutes les civilisations. L’arbre a toujours été une fascination pour moi.

Le déclenchement de catastrophes climatiques montre à quel point l’homme est en décalage constant face a la nature.

C’est par réaction face à ce monde brutal et trop industrialisé, par respect a ce qui est a l’origine des temps et a ce que nombres de cultures considèrent comme sacré, que je fais intervenir l’arbre dans mon travail.

Il est le trait d'union entre le visible et l'invisible. Il est le symbole par excellence de la vie.

Je lui porte ainsi à ma façon une attention presque religieuse.

Je le glorifie, le simplifie, le répète et le fait acteur de multiples scenarios.

La foret de vie est un lieu ou nombres d’expériences et d’histoires peuvent se raconter.

J’essaye de créer des atmosphères denses, mobiles, qui nous emportent dans un univers accessible dans l’immédiat.

Cette série de toiles, de photographies et d’installations a pour vocation de glorifier l’arbre et de le mettre en avant scène pour montrer encore et toujours qu’il est indispensable à la vie. Ces œuvres sont la pour restituer la place de la nature sur terre et celle de l’amour au sein de la société. Tantôt l’arbre apparaît sous sa forme naturelle, tantôt celui ci se manifeste sous sa forme abstraite, que je qualifie d’archétype d’arbre, celle de mon imaginaire profond.

Certains symboles font partie de l’histoire que je raconte aujourd’hui.

La couronne symbolise la puissance de l’homme, en faisant de celui ci le représentant du monde supérieur. Les cornes traduisent la force et l’agressivité que l’homme peut porter a la nature où a l’inverse, le désir constant de cette nature de se protéger de l’homme.

Les ailes sont la capacité du corps à quitter le sol terrestre et à s’élever dans les airs. Elles nous parlent aussi du mythe des elfes, qui reste toujours très présent dans mon imaginaire qui se veut protecteur de la nature par ces petites divinités. 

La modernisation des sociétés a fait de l’homme le tout puissant. Il ne fonctionne plus qu’a travers des besoins superficiels et en oublie de maintenir des liens importants. Il en oublie de vivre, d’aimer et de se laisser aller aux choses essentielles. Le banal paraît acquis et sans importance alors qu’il est la manifestation du retour a la vie. L’absence d’amour dans les nouvelles sociétés fait que l’homme passe son temps dans la gestion de moments de vie lié à un élément extérieur. Celui ci est devenu une machine absente dont le cœur s’est arrêté de battre tout en étant vivante. Aimer le normal, le banal. Se laisser captiver par un bruit de fond, un instant de vie. S’émerveiller d’un ciel nuageux, de l’innocence d’un enfant. S’observer dans l’expérience de la vie ordinaire et se rendre conscients de l’impermanence des choses.

Rita Alaoui

Mars 2012 / Exposition De  Battre  Mon Coeur s’est arrêté / Galerie VCC